Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

République moderne

26 Novembre 2015 , Rédigé par matthews

République moderne

Chers lectrices et lecteurs,

Vous trouverez ci -dessous le lien pour accéder au site de République Moderne de Jean Pierre Chevènement.

Club politique, République Moderne a pour objet d'ouvrir un dialogue sans exclusive et sans sectarisme avec tous ceux qui souhaitent une véritable alternative républicaine.

Espace politique original où peuvent se rencontrer des citoyens de tous horizons, République Moderne est un lieu de réflexion, de discussion, de débat et de proposition.

Il organise des débats et des rencontres politiques.

Accéder au site de République Moderne

Lire la suite

l'après élections régionales, point de jonction

21 Novembre 2015 , Rédigé par matthews

l'après élections régionales, point de jonction

L’après élections régionales, point de jonction, sans PS ni LR ni FN

Un bilan sera à tirer des élections régionales non seulement sur le plan national mais aussi sur le territoire de la région PACA. Les soirs du 6 et du 13 décembre 2015, si la déroute s’auto-réalise comme les sondages l’annoncent, le PS ne pourra pas évoquer la dispersion à gauche pour le justifier. Non, pas cette fois encore comme en 2002. Car ils ont fait sortir de terre ex-nihilo des proto-partis comme l’UDE, une chimère centriste et écologiste, pour combler le trou de la désunion. Un canada dry du politique, un artifice pour faire croire à l’union des gauches. Qui pourrait être dupe d’un PS faiseur de gauche?

La seule responsabilité sera à mettre sur les épaules d’un gouvernement qui pratique notamment via les lois Macron une politique contre-marxiste, contre keynésienne, contre la valeur travail mais pour la plus-value, la dérégulation tout au profit de l’actionnariat international. L’ironie du sort pour le Parti socialiste en PACA, le candidat tête de liste n’est autre que le rapporteur de la loi Macron. Qu’a fait l’électorat de gauche en PACA, dans les bouches du Rhône et à Marseille pour mériter ces dernières années des têtes de gondole successives au goût si amer ? Si amer, car par respect des valeurs historiques qui ont fondé le socialisme, on allait voter la rose au poing. Mais, l’accumulation des déceptions se faisant (tant sur le plan européen, de l’économique, de la sécurité, de l’école ou de la laïcité), pousse à mettre un point final à la rose au parfum libéral libertaire.

Un « reset » politique doit arriver.

On doit rétablir une conscience d’appartenance politique qui s’associe à la conscience d’avoir en commun une place et un but dans notre société. Exit les particularismes locaux du clientélisme, du communautarisme et des héritiers de rentes politiques. L’erreur serait de croire que le tournant doit s’opérer par l’extrême droite. Si tout processus de transition est douloureux, il n’en serait que plus chaotique s’il devait en passer par l’extrême droite. Car penser ainsi c’est avoir une vision à court terme qui prendrait la suite d’autres visions à court terme qui toutes cumulées ont fait glisser la France dans l’ornière dans laquelle elle se trouve. Il faut ouvrir les yeux, le FN ne pense pas, au mieux il plagie en pimentant le propos pour surfer sur la vague médiatique. Rappelons qu’au royaume de l’information, les pipoteurs et pipoteuses sont rois et reines. Quant aux autres partis, ils s’interdisent depuis longtemps de penser pour défendre au mieux les biens communs, c’est la trahison de nos élites. Au peuple de gauche et de droite, qui ne voient plus leurs représentativités dans leurs élus, au peuple de droite et de gauche qui comprennent que le modèle social et entrepreneurial à visage humain est menacé par un libéralisme ubérisé et sauvage, de se lever, de se réunir , de fonder une nouvelle union dans la République .

Le 6 décembre 2015, 1er tour des élections régionales, doit être le point de départ d’une nouvelle union qui devra faire émerger de nouveaux candidats à l’élection présidentielle de 2017. Il faut prendre date et agir tout en sachant que l’aboutissement de cette entreprise ne pourrait se faire qu’à long terme en 2022. Mais d’ici là, qui sait quel nouveau tsunami pourrait atteindre la société française ? Nous sommes dans un monde où l’accident doit advenir pour décider du changement qui aurait pu l’éviter. Pour une fois, ne pourrait-on pas agir avant d’être mis devant le désastre accompli ? Finalement, que tout un chacun réalise que le 6 décembre 2015 au soir il sera peut-être déjà trop tard.

Cédric Matthews, citoyen pour une République moderne

Lire la suite

Pour un rétablissement du service national

21 Novembre 2015 , Rédigé par matthews

~~Les parlementaires Marie-Françoise Bechtel (02), Christian Hutin (59), Marie-Noëlle Lienemann (75), Jacques Valax (81), Kader Arif (31), Alain Touret (14), Jacques Krabal (02), Laurent Kalinowski (57), Bernard Brochand (06), Paul Salen (42), Pascal Terrasse (07), Hugues Fourrage (85), Xavier Breton (01), Jean-Louis Bricout (02), Jean-René Marsac (35), Joël Giraud (05), Michel Pajon (93), Patrice Verchère (69) et Jean-Christophe Fromantin (92)

demandent au Président de la République la mise en place d’un service national obligatoire, ouvert aux deux sexes et adapté aux besoins de la sécurité et de l’intégration. Lettre adressée au Président de la République Monsieur le Président de la République, Les heures douloureuses que vit notre pays appellent une réponse à la hauteur de la gravité de la situation. Cette réponse ne peut être seulement technique : la « guerre asymétrique » qui met en cause la défense de la France et de ses valeurs risque de prospérer de longues années sur fond de causes externes et internes. C’est pourquoi, au-delà des mesures qui seront mises en place en vue d’une réponse immédiate, nous pensons que notre pays a besoin d’une réforme de longue portée qui lierait l’impératif de la sécurité du pays, tâche première de l’Etat, et la prise en main des difficultés et tensions liées à l’intégration citoyenne, sans laquelle la République risque de rester un mot vide. Pour tenir ces deux défis, une réponse s’impose à nos yeux : le rétablissement ou la re-création d’un service national, obligatoire pour tous, creuset d’une égalité retrouvée par l’intégration et par un apprentissage actif des valeurs du civisme. Le service national répond aux deux exigences qui sont au cœur du défi à moyen si ce n’est à long terme que doit aujourd’hui relever la France : la sécurité et l’intégration. Nous n’ignorons pas les difficultés auxquelles se heurte une telle réforme, en premier lieu son coût budgétaire. Mais, chef de l’Etat, vous êtes aux termes de notre Constitution et dans l’esprit des institutions, le garant du long terme. Or nous ne pouvons pas davantage ignorer la gravité de la situation, les causes structurelles de la perte du civisme et des lacunes de l’intégration tout comme nous sommes conscients que la gravité de la menace extérieure se nourrit de ces problèmes. Et que cette situation est destinée selon toute vraisemblance à durer. Nous appelons donc à un grand débat national sur les formes et les étapes que pourrait revêtir cette réforme : un service obligatoire court (trois à six mois) qui permettrait aux jeunes des deux sexes l’apprentissage de la défense conçue au sens large, incluant la protection civile dans tous ses aspects, et qui pourrait être prolongé en service long sur la base du volontariat pour un apprentissage militaire plus technique assorti d’une formation professionnelle diversifiée que l’armée propose déjà aujourd’hui. L’universalité de ce service civique, fondé sur l’obligation de servir la collectivité, permettant le mélange sans distinction d’origine, serait nous en sommes convaincus, un grand projet. Les Français l’attendent, ils sont nombreux à nous le dire sur les territoires dans lesquels nous sommes élus. C’est pourquoi nous vous demandons, Monsieur le Président de la République, de mettre en place cette réforme en saisissant, à l’issue d’un débat national, le Parlement d’un projet de loi revenant, avec les adaptations nécessaires, sur la suspension du service national votée en 1997. Nous vous disons, Monsieur le Président de la République, notre confiance en l’avenir d’un Etat républicain qu’il faut faire vivre en en appelant à toutes les forces de ce pays. Signer la pétition

Lire la suite