Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles récents

vivre ensemble est un combat républicain

2 Octobre 2017 , Rédigé par matthews

Un chat est un chat, un con un con, et un être venu de l'islamisme radical, un fou de dieu qui tue et qui ne donne pas plus de valeur à la vie des autres qu'à la sienne, petite chose sans importance quant à l'immensité et l'intensité de sa vision d'un haut delà supplantant la vrai existence républicaine laïque et du bien vivre ensemble. Condamner cet acte comme venant de l'immondice, reste le minimum à faire, dans le cadre de l'expression libre, surtout ne pas le banaliser et s'accrocher à distinguer la maladie d'une religion, le radicalisme , des religions séculaires qui sont dans le socle d'un Etat laïque et Républicain. Femmes assassinées, enfants meurtris d'une république qui doit tout faire pour vous protéger et ce jour à Marseille vous pleurer et vous honorer. Ici tombent les enfants de la France celles et ceux nés en toute liberté en égalité et en fraternité.

Lire la suite

Alstom, STX , les jouets du Président

28 Septembre 2017 , Rédigé par matthews

 

Quelles sont ces forces qui au-delà de celles du peuple et de la démocratie, décident de tout ? Président pantin ensuite président infiltré, pantouflage d'un homme au plus haut de l'Etat, qui s'en va libérer les fameuses énergies du peuple, tant attendues du monstre libéral, socialisme du riche, meilleure répartition des richesses entre les riches car celles-ci ne sont plus chez les autres. Sous les pantoufles de l’homme à banque, les Sabots de fer qui veulent écraser la contestation illégitime de celles et ceux qui ne croient pas aux contes de Rothschild. Petit train électrique et petit bateau plastic, jouets cassés d’un enfant n’en voyant pas l’usage pour d’autres enfants, décide de tout jeter pour ne plus les voir sous ses yeux, je ne sais pas réparer alors je jette et je ne veux plus y penser. Demain sous le chagrin personnel, chacun aura oublié ce qui le touche indirectement, car attelé à picorer une miette de travail payée moins cher que si tu faisais le boulot entier, tu deviens surprolétariser, alors les jouets cassés du président, trains, bateaux,petits soldats d’aucun ne s’en souviendra. Un jour peut être au détour d’une rue de Belfort, quelques briques au sol et un panneau flottant accroché d’un angle, tapant sur un reste de mur émietté, tu liras un A, deux ou trois lettres bien effacées par la friction à la brique laissent deviner un L , un S, et un T , au jeu du pendu les dernières lettres  sont toujours les plus lisibles O et M , oui , ALSTOM, la fabrique de jouet du président. Les ouvriers n’ont pas supporter les cadences, affaiblis au maximum, et ensuite exposés à un nouveau mode de gestion du travail basé sur le turn over, la machine humaine, serre boulon, a cassé et les trains s’en sont allés sur les rails de la globalisation là où le banquier à détourner l’aiguillage sur la rotonde du salaire le moins disant.  

Plus de bateaux, plus de petits trains, pour les enfants mécanos, aux mains rêches et aux crevasses huileuses. C’est sale, l’huile épaisse, le fer rouillé, la soudure transpirante, l’ingénierie se fait avec les calculateurs comme la politique de la France à la corbeille numérique, un cerveau d’ingénieur ça pense trop librement, ici, faut pas !

 France, territoire où nous n’avons plus rien, nous sommes donnés, jetés aux orties de la cause européiste, les cloques sortent, ça démange, ça brûle.  Saut sans parachute du point culminant de l’Etat français, le sabotier en parachute de soie torpille de l’intérieur l’idéal français pour l’abandonner au fanatisme libéral, too big too fail !  Fusion donnant du poids pour vaincre le jouet chinois, indien, canadien, ricain, mais surtout pour dire aux petits français aux mains sans repos, c’est comme cela maintenant, le patron il est ailleurs, invisible, immatériel, tu peux taper sur un mur, casser les machines, peu importe, le double plus récent existe ailleurs. Alors résigne toi, tu seras l’égal d’un tout autre sur terre, celui que tu n’avais jamais imaginé devenir, dans le socialisme des pauvres, tous égaux dans le monde globalisé souhaité par le revendeur Attali de jouets cassés, bateaux, trains, poupées et soldats.

Cedric Matthews, citoyen pour une République moderne

Lire la suite

Marseille fière d’être insoumise, je vote France insoumise aux législatives

5 Juin 2017 , Rédigé par matthews

 

 

 

 

 

 

 

 

Marseille fière d’être insoumise, pourquoi je vote France insoumise aux législatives

Avant de voter, on se pose toujours de nombreuses questions sur les personnes candidates sur la cohérence de leurs programmes avec le réel, sur la part de rêve réalisable, sur l’intégrité etc… . Pour les législatives de 2017,  je vois deux raisons principales qui m’amènent à voter pour le programme de la France insoumise. La première est d’ordre national et la seconde du registre du local.        

Localement, à Marseille le paysage politique est miné par tant d’affaires et d’habitudes dites du registre du clientélisme qu’il faut rompre en substituant l’idée du clientélisme qui est individualiste par l’imaginaire de la défense du bien commun qui est au bénéfice de tous. Informons aussi celles et ceux qui habitués de voter pour bénéficier d’avantages à titre personnel ou au titre d’une association que ce temps est révolu par la loi prochaine de moralisation de la vie politique. Attendre un retour sur investissement en jouant de son influence pour orienter les votes  afin de bénéficier de l’affectation d’une partie de l’enveloppe parlementaire ne sera plus possible.  Marseille vit dans la difficulté, il suffit de lire « la fabrique du monstre » du journaliste Philippe Pujol pour s’en rendre compte si on n’est pas marseillais ou si on est aveuglé par le décorum qui travestit le véritable visage balafré de la ville. Tant de souffrances,  de laisser faire, de syndicats d’intérêts, de manque de vision, d’aménagements structurels sans cohésion avec l'existant ou avec le changement climatique qui font que cette ville sous le soleil peut ressembler à un enfer même lissé par le sourire et l’accent de certains.  Le bilan des  dernières années, n’est pas à prendre au registre de la galéjade car il va  conditionner nos vies pour les années qui viennent et cela va être encore plus insupportable.  Un exemple qui concerne tout le monde mais malheureusement,  aucun des élus décisionnaire n’en fait état. En 2012, le GIEC (Le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat) a placé  Marseille dans une zone de progression d’aridité d’ici à 2032. Quelles ont été les décisions prises pour limiter la minéralité, la bétonisation de Marseille  et la suppression des espaces verts ? Quels ont été les aménagements faits pour limiter l’absorption de chaleur par les logements sociaux, premiers exposés car dans l’incapacité de payer l’électricité que couterait une climatisation.  Où sont les piscines, fontaines publiques, points d’eau dans la rue, espaces verts, pour tamponner la chaleur ?? A Marseille, on préfère fabriquer des miroirs aux alouettes comme l’illustre l’ombrière sur le vieux port.  Nous avons que peu de temps pour redresser la barre et adapter la ville au changement qui vient. La seule proposition politique qui déclinée localement apporterait une réponse à cet impératif est celle de la France insoumise.                                                                                                                                        Nationalement, au-delà des différences idéologiques que j’ai avec le programme libéral de Macron et de son entourage, je ne peux accepter la manœuvre en cours concernant la modification du code du travail par ordonnances. Faire adopter des lois par ordonnance c’est demander au parlement de se considérer incompétent pour légiférer et de se dessaisir  du sujet. Comment peut-on appeler à voter pour que Macron obtienne une majorité pour que celle-ci soit dessaisie de sa capacité à légiférer sur un des sujets les plus importants et qui conditionne la vie de chacun. Voulons-nous vraiment un parlement  épouvantail qui ne nous protège pas des excès d’un homme  qui aura fait le job comme un mercenaire, au-delà de la droite et la gauche ? Au-delà de la droite et la gauche, c’est le libéralisme à son état le plus pur, le plus dur, cristallin, forgé au cœur du magma  de la finance.  On ne peut pas laisser se constituer un parlement à la solde directe de l’esprit libéralisé de Macron.  Il faut à la fois un contre-pouvoir et  il faut dénoncer le renouveau politique de Macron, qui est un apolitique, un privatif de la politique.  La seule force d’opposition franche  au macronnisme est celle portée par la France insoumise qui s’opposera au dépeçage du code du travail. C’est pour cela que je voterai pour élire un député de la France insoumise qui ira aussi défendre au parlement les droits des travailleurs.    

Cédric Matthews, citoyen pour une République moderne     

 

Lire la suite

un programme commun en 2022 du Non à l’Europe libérale

16 Mai 2017 , Rédigé par matthews

 

 

 

 

 

 

Macron, en constituant son gouvernement bigarré, rassemblant celles et ceux du OUI au traité Européen de 2005 (TCE), du OUI à la mondialisation,  prépare et conditionne l’obtention d’un parlement qui lui donnerait une majorité plurielle de partis.  Macron maîtrise parfaitement le jeu institutionnel. Il espère de fait, verrouiller le débat parlementaire en annihilant toute opposition crédible venant des élus du peuple. Si tel était le cas, nous allons entrer dans une période où le peuple du NON à la mondialisation et du TCE, devra se faire entendre par de nouveaux canaux. A défaut d’une expression forte et influente, il disparaitra définitivement des écrans radar en cinq années d’exercice libéral sans frein.

Mais avant de lever le poing pour combattre la Macronie, il faudra définitivement régler son compte au FN qui captant des voix du Non à Maastricht, du Non au TCE, les neutralise en les noyant dans l’idéologie de l’inacceptable et de l’ignoble. Libéral, ce parti l’est toujours, et on sait habilement lui faire jouer le rôle de voiture balaie du vote Nonniste désenchanté. Soyons clair, ce parti n’a et n’aura jamais ni l’envie ni l’envergure de gouverner, l’auto-sabordage de deuxième tour de l’élection présidentielle, entrainant dans son sillon Nicolas Dupont Aignan et son parti, l’a montré une fois pour toute.                                                                                      De plus, aujourd’hui c’est la constitution de la Vème République qui fait les hommes d’Etat et non plus l’homme d’Etat qui incarne la constitution, nous sommes dans une constitution désincarnée. Gardons en tête que  la constitution telle qu’elle est, taillée pour un De Gaulle  écraserait sur le coup une Le Pen.  Le FN n’est qu’un artifice,  un tremplin, un ressort électoral qui propulse son opposant  de deuxième tour au statut d’élu.                                                     Un nouvel artifice électoral se rajoute à l’artifice FN, celui de la disparition de l’affrontement gauche, droite. Rupture inconcevable avec l’origine historique de ce qui constitue notre essence : liberté, égalité, fraternité.  Le débat Gauche-Droite serait éclipsé par l’affrontement conservateurs-progressistes, plus de partis mais des individus aux positions conservatrices ou progressistes, qui cache en fait l’opposition Nonniste / Ouiiste.  Le sens des valeurs est inversé car les vrais conservateurs sont ceux qui veulent garder un système libéral avec son meilleur gardien, l’esprit fédéral européen.  Les progressistes ne sont-ils pas, celles et ceux qui voient l’instant d’après 30 ans de libéralisme et d’ordre supranational européen pro-atlantiste ? C’est-à-dire une émancipation des peuples d’Europe par leur autodétermination.  Proclamons-le sans cesse : « les Nonnistes sont des progressistes ».

A présent, la clarification doit être faite. Macron a pris la barre et pilote le programme commun de la gauche et de la droite du Oui à Maastricht du oui au TCE. Il a un temps d’avance sur ce que pourrait être l’union dans un programme commun en 2022 du Non à l’Europe libérale du Oui au rapprochement de la gauche républicaine,  de l’écologie de bon sens , de l’insoumission positive et des Gaullistes sincères . Sans quoi Macron  n’aura pas d’opposition et il l’emportera à nouveau, car c’est sur cette fracture du oui-non qu’il a mis le cap sans craindre de tempêtes.   

Cédric Matthews, citoyen pour une République moderne

Lire la suite

pour un vote blanc émancipateur

4 Mai 2017 , Rédigé par matthews

 

A toutes celles et ceux qui m'interpellent concernant ma position de voter blanc dimanche 7 mai, je recommande la lecture de cet article de Frederic Lordon qui explique bien, que nous ne pouvons nous soumettre à cette prise d'otages électorale. Voter blanc, nul ou s'abstenir c'est dénoncer ce mécanisme qui fera toujours passer l'inacceptable au second tour pour rendre le reste légitime et acceptable par la contrainte.  

http://blog.mondediplo.net/2017-05-03-De-la-prise-d-otages

 

    Lire la suite

    Macron President et Hollande president du conseil européen en 2019, NON !

    24 Avril 2017 , Rédigé par matthews

     

     

    La vision d'une France au peuple appauvri,  d’une France amputée de ses outils stratégiques de production  ne concerne pas celles et ceux qui ont voté Macron, quoique,  il y a surement une majorité d'aveugles comme ceux qui avaient voté pour Sarkozy en 2007 qui voulaient gagner plus en travaillant plus. Bref, sous Macron 1er et Hollande 2, ceux qui vont morfler auront voté Melenchon. C'était effectivement un vote de classe. Un vote de conviction car il y avait un programme qui a été défendu avec une honnêteté que l’on sentait à chaque mot. Macron, non pas Monsieur 100 000 volts sur scène mais Monsieur 100 000 Média a gagné grâce à l’image, grâce aux synchros, et à la téléphonie mobile. Il a uniquement occupé l’espace !  Finalement il a matérialisé l’hologramme du monde financier en auréole de sainteté,  il a su faire apparaitre  le mirage de son programme en oasis où l’eau coule à l’infinie et pour tous. Que ceux, privilégiés parmi les privilégiés qui iront boire à cette source gouttent l’amertume des racines d’un sol meurtri et asséché car le petit peuple ne sera plus là pour faire couler les ruisseaux qui alimentent les fleuves.

    Macron élu  président de la France et Hollande président du conseil Européen en novembre 2019, l’a-t-on  bien perçu ce jeu de chaises musicales qui va faire triompher le fédéralisme européen ? Dernier acte pour détruire l’idée de France. Les citoyens qui ont et d’autres qui  vont voter Macron ont-ils bien compris le système qui allait se mettre en place ? Hollande aurait encore la domination mais cette fois ci, elle sera supranationale, hors contrôle démocratique et on peut parier qu'Angela Merkel pour une fois lui donnera son accord  ! 

    C’est en refusant de donner une pleine majorité à Macron pour les raisons évoquées ci-dessus en dénonçant cette occurrence, que pour ma part, comme aux élections régionales PACA de 2015, je me refuse à sombrer dans le vote contraint. Je vote par conviction et je n'irai pas voter Macron !

    Lire la suite

    Marche pour les sciences, financiarisation de la recherche

    21 Avril 2017 , Rédigé par matthews

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    On pourrait aborder nombre de sujets concernant la recherche, le manque de moyens financiers, le différentiel de financement par rapport à d’autres pays qui investissent dans l’avenir et dans le progrès, et aussi lié à cela, la précarisation des personnels, techniciens, ingénieurs, chercheurs, évoquons aussi la pression éditoriale des journaux scientifiques qui dépossède les chercheurs de leurs articles tout en faisant payer très cher la communauté scientifique pour pouvoir y avoir accès.  Parmi ces sujets, un autre plus souterrain, est le système normatif économique qui nous est appliqué et qui réduit le champ des possibles, des idées et de la création.  Nous sommes entrés dans l’ère du consumérisme scientifique, dans l’ère de l’économie de la connaissance, pour vous expliquer les fondements  de celle-ci cette citation la résume : « La connaissance est comme la connerie : elle est infinie. Cela change tout. Si les matières premières sont finies, la connaissance est infinie. Donc si notre croissance est basée sur les matières premières, elle ne peut pas être infinie. Si elle est basée sur la connaissance, une croissance infinie est très facile à atteindre ». Idriss Aberkane. Lui-même faisant partie de ce système.

    Le cadre est posé, les lois du marché s’appliquent de plus en plus aux sciences, et il est de plus en plus compliqué de faire naitre les controverses qui font les avancées scientifiques car il faut aller vite pour créer de la croissance au rythme des places financières. Quand Trump dit qu’il n’y a pas de réchauffement climatique d’origine anthropique, il bloque la possibilité d’une controverse, de son autorité de Président de la première puissance mondiale.  C’est tout l’inverse d’une vision de progrès sous sa version des lumières, c’est une défense des lois du marché exprimée par le plus libéral des libéraux. La recherche publique est un bien commun, d’elle émanent les avancées fondamentales du savoir, de la connaissance, des techniques et de la société. Il faut la protéger des idéologies de Trump ou d’autres  comme Chris Anderson défenseur de la fin de la théorie,  qui prétend que le numérique, le big data vont se substituer aux scientifiques et au besoin d’apprendre.

    En ces temps d’élection présidentielle en France, il apparait un abandon du politique à la technocratie, elle-même associée à la gouvernementalité algorithmique. Selon Antoinette Rouvroy : «  C’est-à-dire l’évolution vers un monde qui parait de plus en plus fonctionner comme s’il était constitué lui-même de corrélations, comme si celles-ci étaient ce qu’il suffit d’établir pour en assurer le bon fonctionnement. »

    Voilà, le nouveau monde que l’on veut nous imposer, or la science est un obstacle à l’apparition de celui-ci car le scientifique est le mieux placé pour savoir que la corrélation n’implique pas la causalité (Cum hoc sed non propter hoc).  Il est trop tard pour que les candidats s’expriment à ce sujet, mais espérons un réveil d’entre deux tours de celui qui saura le mieux porter l’idée de République, de progrès sous sa version des lumières.  

     

                    Cédric Matthews pour une République moderne, texte présenté à Marche pour les sciences samedi 22/04/2017

     

     

    Lire la suite

    pourquoi je ne voterai jamais Macron, le Frankenstein politique

    20 Avril 2017 , Rédigé par matthews

     

     

     

    Lire la suite

    Chevenementiste, orphelin de parti, je voterai Mélenchon

    14 Avril 2017 , Rédigé par matthews

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le 12 avril, les grands (Hollande, Schauble) sortent de leur silence, les petits doivent alors aussi le faire!

    Les mêmes disent que « la campagne sent mauvais », non, elle sent bon le peuple de France qui veut se libérer du monde financier qui veut finir d’achever le modèle social français.

    Alors, le 23 avril 2017, on peut être de droite et voter pour Nicolas Dupont Aignan, et on peut être de gauche et voter pour Jean Luc Mélenchon. Ils proposent chacun une autre politique qui annonce une autre construction européenne et qui s’oppose au capitalisme financier, destructeur des entreprises et normalisateur des modes de penser et de vies. Ils parlent d’indépendance de la France, parce qu’ils ont une autre vision de l’Europe que celle qui mène les peuples d’Europe dans la misère, à l’asservissement aux marchés financiers, aux multinationales et à une technocratie qui veut supprimer la démocratie.

    Il n y a pas de vote utile, il y a un vote de conviction et une vision pour le devenir de la France et de l’Europe. Il ne faut pas attendre le 2ème tour pour se déclarer, en se mettant en opposition au FN car cela ne pourrait être une position politique courageuse et qui donne un devenir à la France et aux français. Le courage  de chacune et chacun est de prendre position dès maintenant car c’est au premier tour que l’on pourra montrer qu’au-delà de la droite, de son extrême et de la gauche, il y a la France, ce bien commun que nous devons sauvegarder et faire évoluer.

    En me tenant sur une lignée d’actes dénués de toutes ambitions personnelles et motivé par de réelles convictions même si je ne suis pas d’accord sur le projet de 6ème République défendu par Jean Luc Mélenchon, mais pour que les idées de gauche survivent à la tempête qui s’annonce.  

    Je soussigné, Cédric Matthews, ancien secrétaire national et départemental du Mouvement Républicain et Citoyen, orphelin de parti, Chevènementiste, Républicain et Citoyen engagé, que pour changer le visage politique de la France de demain et redonner un espoir qui nous a été volé par la politique de François Hollande et le par le déni du référendum de 2005 par Nicolas Sarkozy, je voterai Jean Luc Mélenchon au premier tour de l’élection présidentielle.

     

    Cédric Matthews

    Lire la suite

    2017, de par la Droite et la Gauche un affront à 2002

    1 Avril 2017 , Rédigé par matthews

     

     

     

     

     

     

     

     

    En 2002, Chevènement proposait au delà de la Gauche et de la droite. EN 2017, ceux qui n'ont pas compris le message de rassemblement de 2002 qui se voudraient en dehors des partis et pour la République, proposent : de par la droite et la gauche . C'est la proposition de Macron, Valls, Fillon, Estrosi... On est dans un régime des partis, qui affolaient par leur potentiel disparition face au FN et à présent Mélenchon, anticipent les recompositions en prenant en otage la présidentielle de 2017 et donc le devenir de la France. En tant que Citoyens, nous devons dénoncer ce mécanisme. Nous voulons de vrais débats d'idées, sur la place et le role de la France en Europe et dans le Monde. Sur la recherche scientifique, quels sont les grands projets, sur le travail et sa mutation en changeant l'Uberisation en outil pour le travailleur et non l'inverse. Sur la Nation , sur la Laicité, sur le vivre ensemble, sur la défense des biens communs (eau, AIR, semences, bruit...). Ceux qui se jouent des citoyens n'évoqueront jamais ces sujets car ils ne sont pas compatibles avec leur doctrine libérale. Donc citoyens et citoyennes si un candidat n'évoque pas ces sujets c'est tout simplement qu'il veut vous duper, alors dupons le aussi mais franchement, crions le, que nous voulons de l'exigence dans le personnel politique qui est au service du peuple de la patrie et de la Nation.

    Lire la suite
    1 2 3 > >>